le smartphone il vous accompagne partout ou vous allez

Le smartphone : il vous accompagne partout où vous allez

Le smartphone : il vous accompagne partout où vous allez, il vous réveille, vous indique si oui ou non vous avez fait assez d’exercice dans la journée, vous aide à planifier votre semaine et vous guide quand vous sortez. Il est omniprésent dans votre vie, c’est presque qu’inévitable. Mais vous êtes-vous déjà demandé d’où il vient ? De quoi est-il fait ?

De quoi est composé un smartphone ?

Soixante-dix, c’est à peu près le nombre de matériaux qui sont utilisés pour fabriquer un smartphone.

Les principaux composants d’un smartphone


    34 % de plastiques
   10 % de cuivre
    9 % d'acier
    7 % d'étain
    6 % de ferrites
    5 % de fibre de verre
    3 % d'oxydes de nickel ou lithium<
    3 % de résine époxy
    2 % d'époxy liquide
    2 % d'EPDM (éthylène-propylène-diène monomère)
    19 % de matières diverses

Tels sont les composants principaux d’un téléphone et il y en a encore beaucoup et parmi eux des métaux rares et précieux comme l’or ou l’argent.

L’extraction de ces matières premières est l’une des premières problématiques liées aux smartphones.

Des ressources non-renouvelables et des régions locales dévastées

L’exploitation de ces ressources posent de multiples problématiques : environnementales, sociologiques, géopolitiques et sanitaires.

Selon une étude menée en 2008 par l’Ademe, la phase de fabrication d’un téléphone, depuis l’extraction des matières premières jusqu’à l’assemblage représente environ 80% des impacts environnementaux qu’il génère. De plus, une partie des ressources utilisées pour sa fabrication, n’est pas renouvelable et coûte cher humainement au pays d’où elles sont extraites.

L’exemple de la République démocratique du Congo

« Minerais de sang », c’est l’expression qui est donnée à tous ces composants qui font du smartphone ce qu’il est. Une expression particulièrement crue, mais qui résume en partie les conditions dans lesquels, certains d’entre eux sont extraits.

C’est en République démocratique du Congo que se trouve la majorité du Coltan, essentiel pour l’obtention du tantale, utilisé dans les sections électroniques de nos smartphones. Cette exploitation n’est pas sans conséquence pour les hommes qui travaillent dans les mines, car ils risquent leur vie à chaque fois qu’ils s’y engouffrent.

L’exploitation de ces mines est contrôlée par des groupes armés contre lesquels les populations locales ne peuvent rien. Les retombées financières du commerce lié aux mines  sont minimes dans les régions locales.

Une chaîne de fabrication bien huilée à l’échelle mondiale

Votre smartphone est une véritable mine d’or, fait de ressources prélevées aux quatre coins du monde.
    
Le transport est un des facteurs responsables des impacts environnementaux liés à la fabrication du smartphone. Du transport des diverses composantes à la zone d’assemblage jusqu’à la livraison du téléphone dans un point de vente et chez le consommateur.

L’utilisation du smartphone représente, quant à lui, entre 1% et 19% des impacts environnementaux.

De solutions pour une fabrication et une utilisation plus éthique et plus respectueuse de l’environnement

Des solutions existent-elles ?

Certains des éléments qui composent un smartphone sont toxique pour l’homme. Leur exploitation est aussi à l’origine de désastres environnementaux (gaz à effet de serre, rejet de déchets polluant dans les eaux, etc.). Il est donc capital de trouver des solutions pour y remédier.

« Cobalt éthique » est un programme-pilote, supervisé par RCS global. Il a pour but de limiter les abus liés à l’exploitation dans les mines, réduire le travail des enfants, assurer des conditions et un commerce respectueux des normes. Le tout, grâce à l’utilisation d’un système de traçage. Le projet est récent et doit encore faire ses preuves, mais l’initiative est louable.

Pour pallier les nombreux impacts environnements des smartphones, il existe des solutions simples. Des alternatives, qui permettent d’ajouter une pierre à l’édifice du commerce équitable. Le renouvellement de plus en plus fréquent de nos smartphones est l’une des causes de l’augmentation des impacts des téléphones dans le monde. Espacer l’achat entre chaque téléphone est une première réponse.

Une solution plus radicale serait de revenir à nos premières amours : le papier et le stylo. Mais un petit oiseau nous qu’il y a peu de chance pour que le grand public y adhère. Alors en attendant que les lettres redeviennent tendances, vous pouvez toujours acheter un téléphone d’occasion ou reconditionné, qui sont tous deux un moyen de donner une seconde vie à un téléphone et de consommer de manière écologique.